Simone Le Baron : connaître nos origines
La Grèce : berceau de l'Humanité
Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 

Apprends-moi les mots qui réveillent un peuple et j’irai, messager d’espérance, les redire à ma Bretagne endormie.

Yann Bêr Kalloc'h (1888-1917)

 
Vign_photo_sim

   C’est à Brest que je suis née le 28 décembre 1952, d’une mère au foyer et d’un père qui terminera sa carrière en tant que Chef de Subdivision des Phares et Balises dans la même ville. Mes racines celtiques des côtés maternel et paternel se perdent dans la profondeur des siècles. Après avoir grandi au sein d’une famille où s’entremêlaient trotskysme, athéisme, anticléricalisme, érudition, culture artistique, gastronomie et bourgeoisie, je décidai à l’âge de vingt et un ans – âge de la majorité à cette époque – de voler de mes propres ailes. Ma première escale se fit en Grèce de juillet 1974, peu avant la chute des colonels, jusqu’en janvier 1980. Puis je rentrai à Brest où j’épousai un juriste breton, Jean-Claude. En 1981 naquit notre fils, Pascal, que je choisis d’élever à la maison sans travailler selon la coutume des femmes de nos deux familles.

 En 2011, un an après le mariage de Pascal,  je revins en Grèce où je fondai le « néofilellinismos » afin de participer aux côtés des Hellènes autochtones à la réappropriation et à la renaissance de l’hellénisme : « épanellinismos ». En 2012, je demandai à l’UNESCO l’inscription de l’hellénisme au patrimoine immatériel de l’Humanité. En 2013, j’écrivis en grec mon premier livre « Une Française pour la Grèce », aux éditions Kaktos. En 2014, je figurai sur la liste d’un parti grec candidat aux élections européennes. Le 15 octobre 2015, je présentai mon second livre « Les commandements des Hellènes», édité par les éditions  Néofilellinismos, lors de la remise du titre HOMO HELLENICUS que me décernait l’Université Capodistrienne et Nationale d’Athènes.  

   A l'automne 2016, je décidai d'approfondir mes recherches sur l'origine des Européens avec l'aide de l'anthropologue grec Nikos Poulianos, fils d'Aris Poulianos l'inventeur de l'Archanthropus Europaeus Petraloniensis, autrement dit du premier homme européen, l'ancêtre de tous les Européens, dont le crâne et le squelette furent découverts en 1960 dans la grotte de Petralona en Chalcidique, au nord-est de la Grèce.

Simone Le Baron

 
Vign_homo_hellenicus2

Devant l'Université Nationale et Capodistrienne d'Athènes le 15 octobre 2015. Attribution du titre HOMO HELLENICUS à Simone Le Baron. A gauche Nikos Poulianos, anthropologue et à côté de lui sa femme, Anna. A droite, près de Simone Le Baron, Maria Tzani professeur de psychopédagogie, retraité de l'Université Capodistienne.

 
Laissez-moi un message !
Nom :
Prénom :
Email :
Message :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

 
Avec quelques amis
vign_J

vign_A

vign_B

vign_C

vign_D

vign_E

vign_F

vign_G

vign_I

vign_H
 
Vign_promolivre
neofilellinismos@gmail.com
 
Vign_aee
Société Anthropologique de Grèce
ANTHROPOS HELLENIQUE
Vign_ELLJN_ANTHWPOS

Le titre d'HOMO HELLENICUS a été attribué à Simone Le Baron le 15 octobre 2015

Me zo ganet e kreiz ar mor

Mezo ganet e kreiz ar mor

(superbe texte de Yann-Ber Calloc'h)

 
La science au service du peuple
Créer un site avec WebSelf