Simone Le Baron : connaître nos origines
La Grèce : berceau de l'Humanité
Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_couverture

A paraître :

   La Grèce berceau de

          l'Humanité

L'Homme ne vient pas d'Afrique mais est né en Europe dans le nord de la Grèce, en Chalcidique : il est issu de l'Helladopithecus découvert en 1976 par l'anthropologue grec Aris Poulianos.

 
Vign_schema_1
 
Vign_schema2
La grotte de l'Archanthropus europaeus petraloniensis ancêtre de tous les Européens, en Grèce

vign3_1

vign3_2

vign3_3

vign3_4742-viewom

vign3_4bis

vign3_4

vign3_5

vign3_6

vign3_9

vign3_10
Rendez-vous sur Twitter
 
Entretien Dr Aris Poulianos
 
La grotte de l'Archanthrope
 
 
 
 
Vign_aris1

Le Dr Aris N. Poulianos naquit le 23 juillet 1924 à Evdilos en Ikaria, île qui doit son nom à  Icare, fils de Dédale, s’y étant écrasé après avoir, selon le mythe, effectué le premier vol de l’Histoire. En 1942-43, engagé dans l’Armée populaire de libération nationale grecque (ELAS), il se battit contre l’occupant. ELAS ayant été dissoute en 1945, c’est avec l’Armée Démocratique de Grèce (DSE) qu’il prit part de fin 1948 jusqu’en 1949 à la Guerre de Grèce (1946-1949) - appelée à tort « guerre civile » - qui succède à la seconde guerre mondiale (1939-1945) et précède les guerres de Corée et Viet-nam (1950 et 1954 a partir du Dien Bien Phu).
   Son père avait dû émigrer à New -York où il avait ouvert une petite alimentation dans le quartier noir de Harlem ouest. Le 1er novembre 1945, Aris rejoignit son père: il allait étudier la biologie à l’université. Ci-contre, devant la boutique de son père avec son chat noir dans les bras. Bien que son père couvrît largement toute ses dépenses, Aris, par « filotimo » (un mélange de fierté, d’honneur et d’amour propre qui ne se traduit dans aucune autre langue), faisait la plonge le dimanche soir dans un restaurant d’Astoria.
   Il étudie la biologie au Queen’s College à New-York (photographie ci-contre, le jour de l’obtention de son diplôme, en 1948). Puis après bien des turpitudes, exilé politique en Union Soviétique, il étudie l’anthropologie. En 1961 sa thèse (PhD) portera sur le thème : « L’Origine des Hellènes ».

A partir de 1965, rapatrié en Grèce, il continue ses études et recherches anthropologiques tant en Grèce (région de la mer Egée, Ionienne, en Crète, Thrace, Macédoine, dans le Pinde) qu’à l’étranger (les Aïnous du Japon, les Basques d’Espagne etc.). Ces études nous éclaireront sur, non seulement l’origine des peuples balkaniques, mais encore  du reste de l’Europe. Outre les recherches ethnogénétiques des populations contemporaines, il s’occupe assidûment des fouilles paléoanthropologiques dans la grotte des Archanthropes de Petralona en Chalcidique, de celles à ciel ouvert de Trillia, également en Chalcidique, ainsi que des fouilles autour du mammouth préhistorique de Perdikka en Ptolemaïda.

La suite dans le livre : La Grèce berceau de l'Humanité
 
La science au service du peuple
Créer un site avec WebSelf